Séminaire transversal du Centre Max Weber : 1re séance : Conférence de F. Héran (11/01/2019)

Date :Vendredi 11 janvier 2019 09:30-12:30
PARCOURS D’UN CHERCHEUR EN SCIENCES SOCIALES

François Héran, démographe et sociologue
Professeur au Collège de France sur la chaire « Migrations et sociétés », directeur de l’Institut Convergences MIGRATIONS et chercheur associé à l’INED



Votre laboratoire a l’honneur de vous inviter à une conférence consacrée à l’itinéraire et à l’œuvre de François Héran en tant que sociologue dans la cité. Celle-ci aura lieu le vendredi 11 janvier 2019, de 9h30 à 12h30, au sein de l’Espace Marc Bloch de la MSH Lyon Saint-Étienne (14 avenue Berthelot - 69007 Lyon).

Cette initiative s’inscrit dans le processus d’édification du séminaire transversal du Centre Max Weber, commun aux six équipes composant le laboratoire. En effet, nous souhaitons rassembler les membres du laboratoire autour d’une figure fédératrice de la sociologie contemporaine, désireuse de nous livrer un regard personnel sur sa trajectoire académique, son activité de recherche, l’évolution institutionnelle de la discipline et sa place dans la société telles qu’éprouvées sur le temps long. Il s’agit donc de dédier cette rencontre à un.e sociologue dont on estime qu’il a su, par ses travaux, gagner une pleine légitimité scientifique et institutionnelle en sociologie. Ce prisme sensible et pluridimensionnel sera, à n’en pas douter, riche et éclairant pour les chercheur.ses confirmé.es ou en devenir.

M. Héran se penchera donc, parmi d’autres enjeux, sur les points suivants :

  • les aléas et gratifications qui découlent de l’affiliation à différentes entités institutionnelles. Cela paraît d’autant plus intéressant que M. Héran a connu des organismes de recherche aussi divers que l’ENS, l’INED, l’INSEE, le Collège de France... A la lumière de ses enquêtes successives, il nous décrira comment, au gré de l’occupation de différents postes (étudiant, chercheur, directeur), la perception des enjeux de financement et des « contraintes matérielles de la recherche » s’est élargie ou transformée ;
  • l’expérience de la construction d’une « œuvre scientifique » (on pourrait gloser sur l’oxymore) au fil d’une carrière, en embrassant les enjeux d’appropriation des méthodes quantitatives (pourquoi, comment) ;
  • l’évolution du rapport à ses objets d’étude au fil d’une carrière. A travers deux recherches auxquelles il voue un attachement particulier - Figures de la parenté, thèse d’Etat soutenue en 1996, et un chapitre sur l’éthique de la démographie dans Les déterminants de la fécondité II. Démographie, analyse et synthèse (Caselli, Vallin et Wunsch, 2002) -, François Héran s’intéressera à la manière dont un thème évocateur, au cœur d’un imaginaire et de représentations sensibles dans l’esprit du chercheur, se mue en un programme de recherche proprement scientifique, qui convoque une certaine technicité et transforme ses représentations au gré du processus d’objectivation des réalités sociales.
  • les moyens, intellectuels et institutionnels, de naviguer judicieusement entre interdisciplinarité et ultra-spécialisation, les choix que l’on opère dans la mobilisation des travaux des pairs (les lire, s’en servir, tracer son sillon en solitaire ?). Anthropologue, sociologue et démographe, François Héran nous exposera les « ficelles » qu’il a su déployer pour trouver un juste équilibre entre ces prescriptions contradictoires ;
  • enfin M. Héran, en investigateur chevronné des phénomènes migratoires, interrogera la dimension politique de l’entreprise du chercheur en sciences sociales.

Nous vous attendons donc nombreuses et nombreux le 11 janvier !

Le comité d’organisation du séminaire transversal du Centre Max Weber (Michèle Dupré, Christine Détrez, Corinne Rostaing et Marlène Bouvet).