Rencontre : « La recherche en sciences sociales en danger au Brésil » (22/10/2019)

Date :Mardi 22 octobre 16:00-17:30
Lieu :MSH LSE, salle Elise Rivet
Adresse :

14 avenue Berthelot - 69007 Lyon

Vous êtes invité.e.s à participer à la rencontre

La recherche en « sciences sociales appliquées » en danger au Brésil aujourd’hui : un point de vue depuis l’architecture et l’urbanisme

organisée le mardi 22 octobre 2019, à 16 h, dans les locaux de la Maison des sciences de l’homme Lyon Saint-Étienne, en salle Elise Rivet (14 avenue Berthelot - 69007 Lyon).

Elle rassemblera Artur Rozestraten, professeur d’architecture et d’urbanisme à l’Université de São Paulo (USP), Karina Leitão, professeure d’architecture et d’urbanisme à l’USP, Rodrigo Gutierrez, architecte et doctorant à l’USP, Rovy Pessoa, doctorant à l’École d’architecture de Lyon et à l’USP et Cecilia Andrade, étudiante en architecture et urbanisme à l’USP.

Le débat sera animé par Michel Rautenberg, professeur de sociologie à l’Université Jean Monnet. [1]

Argument : dès 2016 (fin du gouvernement dirigé par le PT), le financement fédéral à la recherche scientifique au Brésil a subi de fortes contraintes budgétaires et cette situation a affecté directement la formation des jeunes chercheurs et la continuité des recherches en cours dans plusieurs domaines de la connaissance. Ce cadre s’est encore considérablement dégradée en 2019 avec une politique de réduction drastique des investissements dans l’éducation, la science et la technologie par le gouvernement Bolsonaro.

Cette politique touche directement les organismes fédéraux qui financent des projets de recherche, des bourses de recherche, des matériaux et des équipements pour la recherche scientifique, et accordent également des ressources pour la participation et/ou l’organisation des événements scientifiques. Elle affecte surtout les universités et les instituts fédéraux, mais atteint aussi les universités et les instituts d’État, tels que l’Universidade de São Paulo (USP) avec de graves conséquences sur la formation, la continuité et l’avenir de la recherche scientifique au Brésil.

S’ajoutent à cela des attaques frontales du gouvernement contre les sciences humaines et sociales, en particulier la philosophie et la sociologie qui ont été dénoncées en tant que connaissances « idéologiques », sans fondement scientifique et inutiles pour le pays [2]. Des propos similaires sont tenu vis-à-vis de tout un domaine de connaissances qui va de l’anthropologie à l’éducation, des arts à la psychologie, des lettres à l’histoire et à la géographie. La recherche scientifique dans le domaine de l’architecture et de l’urbanisme, qui sera prise ici comme illustration de cette situation dramatique pour la recherche, s’inscrit dans le vaste domaine des « sciences sociales appliquées », qui se trouve au centre de ce problème.

Le débat La recherche en « sciences sociales appliquées » au Brésil d’aujourd’hui : un point de vue depuis l’architecture et l’urbanisme vise à contribuer à la compréhension de ce cadre complexe qui oscille et change jour après jour. Seront abordés :

  • une perspective générale du financement de la recherche scientifique dans le pays ;
  • des témoignages de chercheurs brésiliens ;
  • et une discussion autour d’alternatives pour le présent et pour l’avenir qui impliqueraient l’intensification des partenariats et des échanges académiques entre le Brésil, la France, la Communauté européenne et d’autres organismes internationaux.

Contact : Michel Rautenberg

Notes

[1Cette rencontre est proposé par l’équipe de chercheurs du projet USP/COFECUB 2017-2019 « Images et imaginaires d’espaces urbains et d’architectures : Coopération scientifique pour de perspectives comparatives supplémentaires » qui intègre la Faculdade de Arquitetura e Urbanimo de l’Universidade de São Paulo (FAUUSP) et le Centre Max Weber, Université Jean Monnet, sous la responsabilité de Artur Rozestraten (FAUUSP), Michel Rautenberg UJM) et Claire Revol (Université Grenoble Alpes)

Publié le 7 octobre 2019