Centre Max Weber - UMR 5283

Centre Max Weber - UMR 5283

Mounchit Nadia

Doctorants, post-doctorants
Équipe Dynamiques sociales et politiques de la vie privée

Thèse en cours

Le lien conjugal en migration Des destinées matrimoniales de femmes d’Afrique de l’Ouest et centrale immigrées en France à Villeurbanne des années 1960 aux années 2000

Mots clés : migration ; femmes ; genre ; conjugalité ; famille

La migration, par ses déplacements multiples, invite aux réaménagements et la sphère privée de la vie conjugale ne semble pas y faire exception. Les femmes quittant un pays d’Afrique de l’Ouest ou centrale pour venir s’installer en France sont amenées à y trouver des manières de faire couple se distinguant des normes et pratiques sociales qui prévalaient dans leurs pays d’origine. Pour ces émigrantes aux profils très divers et ayant quitté leur pays dans le cadre d’un regroupement familial mais aussi seules, la situation migratoire apparaît propice à des redéfinitions de la « conversation conjugale » (Berger et Kellner) qu’elles conduisent au quotidien au sein du couple formé ou à venir. A partir de la conduite d’entretiens biographiques menés auprès de ces dernières et allant au-delà des parcours matrimoniaux, il s’agit de prendre la mesure des incidences de l’expérience migratoire et d’entrer dans le « comment » des transformations induites. Comment le départ peut-il ainsi modifier les pratiques mais aussi les représentations, qu’ont les émigrantes en matière de vie conjugale ? Dans quelle mesure le couple va-t-il perdurer, se fracturer ou se réinventer ? Le questionnement invite à s’arrêter sur les rapports sociaux de sexe, la cohabitation des normes et valeurs en contexte migratoire et, au-delà du couple, à interroger le groupe familial en migration.

Logo CNRS Logo Lyon 2 Logo ENS Logo Jean Monnet
Intranet Plan du site Mentions légales