Tanguy Dufournet

Doctorant.e.s - Université Lumière Lyon 2

Représentant des doctorant.es élu au conseil de l’Ecole Doctoral

Équipe Travail, Institutions, Professions et Organisations

Présentation

Sociologue et philosophe du travail, spécialiste de l’Action Sociale et de lutte contre les Discriminations et la promotion de l’Égalité et doctorant au Centre Max Weber en tant que membre de l’équipe « Travail, Institutions, Professions et Organisations ». Vous trouverez ci-dessous une présentation de mes activités scientifiques et de mes travaux.

Thématiques et domaines de recherche

Tout au long de ma formation universitaire, j’ai orienté mon travail de recherche sur les discriminations – tous critères confondus – et les inégalités autour de diverses thématiques dont les principales étaient le travail et l’emploi, l’Aide Sociale à l’Enfance, l’Action Sociale et les Politiques de la Ville alors que mon engagement associatif s’intéressait quant à lui plus spécifiquement à aux stratifications sexuelles et de genre ainsi qu’aux problématiques éthniques (intersectionnalité).

Le travail pornographique gay : Jouissance et Aliénation

Thèse – En cours depuis 2014 - Sous la direction de Patrick Rozenblatt

Depuis plusieurs années, étant intéressé par les questions générales liées au travail et aux stratifications sexuelles et des stigmatisations qu’elles pouvaient engendrer, j’ai été particulièrement étonné par les points de clivages, parfois violents, qui émergeaient des échanges sur le travail sexuel. Le plus troublant fut ce deux poids deux mesures flagrant entre prostitutions et pornographie.

Présentation synthétique

En quoi le travail pornographique gay est-il typique des rapports de travail en tant qu’il est aussi une configuration spécifique où s’imbrique des processus contradictoires d’aliénation et de jouissance (Naville, 1967) de soi ?

Le travail et la sexualité sont communément admis comme étant des faits sociaux totaux (Mauss, 2012). Ils font tout deux l’objet de rapport de force. Pour le travail, par exemple, ces tensions s’exercent entre ceux et celles qui fournissent la force de travail et ceux qui en captent le produit. Ce rapport de force, prenant parfois une dimension conflictuelle, instaure le travail comme norme et valeur et en fixe les définitions. Or, le travail pornographique n’est pas, socialement, reconnu comme travail (Absi, 2011 ; Lieber, Hertz et Dahinden, 2010 ; Merteuil et Simonin, 2013). Cela facilite toute une série de dérégulations rendant cette configuration particulièrement sensible aux « mutations du travail » ou aux « changements de modèle économique » - comme l’économie numérique (Julien et Mazuyer, 2018) - en ce qu’ils sont des formes spécifiques que le travail prend à la faveur d’une transformation du rapport de force susnommé. Dans le cadre du travail pornographique gay, leur analyse, non seulement, permet de rendre compte d’une dynamique de fond, en cours dans la société française, mais aussi tend à indiquer que chaque fait social total peut se superposer à un autre pour éclairer différemment ce même phénomène d’innovation capitalistique conduisant à l’invalorisation massive du travail (Rozenblatt, 2017).

De plus, cette thèse analyse non pas le « travail pornographique » (Trachman, 2013) - dont l’absence de qualificatif signifie « hétérosexuel » - mais le « travail pornographique gay » dont la dimension « gay » le situe à la croisée d’une multitude de dynamiques contradictoires (pornographique, marketing, militante) qui favorisent sa déconstruction et la mise en lumière de processus complexes, intersectionnels (Bilge, 2010 ; Holvino, 2010 ; Séhili, 2017) et contre-hégémonique.

Ainsi, saisir le travail pornographique gay nécessite-t-il de réinterroger les cadres de la sociologie du travail au prisme d’une sexualité marginalisée et stigmatisée (Chamberland et Lebreton, 2012 ; Chamberland et Théroux-Séguin, 2014 ; Chauvin et Lerch, 2013 ; Fassin, 1998, 2008) dont l’analyse socio-historique se situe dans la filiation des travaux de Canguilhem (Canguilhem, 1972) et de Foucault (Foucault, 1997) et nous invite à interroger les effets des dispositifs en place (Béguin, 2010) à l’aune des corporéités (Andrieu, 2006 ; Bert, 2006 ; Brohm, 1988 ; Detrez, 2002). Les logiques productives impliquent un impératif de performance qui pèse sur les corps. Dans ce cadre, les acteurs sont amenés à développer des techniques (Mauss, 1934 ; Trachman, 2013), associant parfois la prise de produits. Ces processus de professionnalisation (Hughes, 1996) qualifie des corps dont le statut (Mazuyer, 2015), comme les aspects (Lynch, s. d.) varient. Ces variations, intégrées à une dialectique du voir et du montrer, sont autant de compétences corporelles qui permettent aux acteurs qui les maitrisent de « faire carrière » en traversant les catégories pornographiques. C’est pourquoi, la notion de compétence corporelle se situe dans le prolongement des travaux de Djaouidah Sehili sur les compétences genrées (Séhili, 2003, 2004) en tant qu’elles impliquent une incorporation des normes de genre, de race, de classe, de sexualité, etc. en qualité de normes professionnelles (Séhili, 2017). La saisie de ces variations corporelles engage donc une approche intersectionnelle (Chauvin et Jaunait, 2015 ; Fassin, 2015 ; Séhili, 2017) associée une sociologie située et incarnée (Hert, 2014 ; Hooks et Gay, 2015) dont l’usage de l’image photographique (Chauvin et Reix, 2015 ; Maurines, 2012) permet de rendre compte.

Mots clefs : Sexualité, sociologie du travail et des organisation, intersectionnalité, valorisation et invalorisation du travail, identités professionnelles, socialisation, qualification, apprentissage, biopouvoir

Autres sujets traités

Identité plurielle, discrimination unique : Approche intersectionnelle et démarche participative dans l’action sociale

Suite à mon mémoire de master 1 qui portait sur l’analyse des processus discriminatoires au sein de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), j’ai choisi de m’intéresser plus largement à l’Action Sociale. C’est pourquoi, j’ai poursuivi cette analyse en participant aux activités d’un Centre Social et Culturel. Je me suis plus particulièrement attaché à examiner, au prisme d’une approche intersectionnelle, la mise en œuvre des politiques publiques, visant à promouvoir l’investissement et l’empowerment des usagers, en cherchant à les faire dialoguer avec les politiques de luttes contre les discriminations. Mon analyse visait à étudier le degré de mixité sociale et ethnique du quartier et à le comparer à la fréquentation de la structure afin de réfléchir aux conséquences que pouvaient avoir les discriminations liées à l’appartenance sociale, religieuse, ethnique et de genre dans les pratiques, conscientes ou inconscientes, des travailleurs sociaux. Lire la suite...

Mémoire de master - 2014/2015 - note obtenue 18/20

Inégalités et discriminations au sein de l’Aide Sociale à l’Enfance

Au cours de mes activités associatives et professionnelles, j’ai été confronté à l’institution de l’Aide Sociale à l’Enfance qui est venue remplacer les dispositifs de la DDASS. Les représentations véhiculées par l’assistance ont grandement influencé les pratiques. Lire la suite...

Mémoire de maitrise - 2013/2014 - note obtenue 19/20

Contrat de recherche

L’essor du travail chez soi et les modalités spécifiques d’organisation du travail « multi-située » : "Vers de nouveaux enjeux de sociabilité et d’affectivité spatio-temporels ?"  Avec Djaouida Sehili et Patrick Rozenblatt

Cette problématique a été définie avec une équipe de recherche dans le cadre d’une expertise scientifique et technique de haut niveau pour Leroy Merlin Source.

Il s’agit d’approcher le travail chez soi de manière fine, d’un point de vue matériel, professionnel (qualification, compétences, etc.) et affectif/social (qu’est-ce que le travail chez soi redéfinit au sein de la famille ?, etc.). Pour ce faire, nous nous appuyons sur une méthode alliant des phases d’observation in situ, des entretiens, et de la recherche documentaire.

Mots clefs : urbanisme, habitat, chez soi, travail, télétravail, conflit, affectivité, valorisation et invalorisation du travail, compétences, qualifications, intersectionnalité

Formations

Université Lumière Lyon 2 - Ecole Doctorale 483 Sciences Sociales / En cours

  • Doctorat de sociologie affilié à l’équipe « Mutation et régulation du travail, des organisations et des institutions » du Centre Max Weber

Université Lumière Lyon 2 - Institut d’Étude du Travail de Lyon /2014

  • Master 2 Professionnel et Recherche « Enjeux et management de l’égalité dans les champs du travail et de l’emploi » - masters de droit, gestion, management, économie et sociologie

Université Jean Moulin Lyon 3 - Faculté de Philosophie /2012

  • Master 1 Semestre 1 de philosophie

Lycée Jean Perrin - Baccalauréat Littéraire /2006

  • Baccalauréat mention Théâtre, Latin (LV2), option Mathématique

Activité d’enseignements

  • Établissement : Université Lumière Lyon 2 ; UFR : ASSP

2018 – L1 Semestre 2 - TD Méthodologie, ± 35h

2017 – L1 Semestre 1 - TD Méthodologie, ± 35h

2017 – L1 Semestre 2 - TD Méthodologie, ± 69,5h

2017 – L3 Semestre 1 - CM Mondes économiques et professionnels, ± 13,5h

2017 – L1 Semestre 2 - TD Initiation à l’enquête, ± 17,5h

2016 – L1 Semestre 1 - TD Méthodologie, ± 69,5h

2016 - L1 Semestre 2 - TD Initiation à l’enquête, ± 32h

2016 – L1 Semestre 2 - TD Méthodologie, ± 17,5h

2017/2018 - Co-encadrement de mémoires de M1, M2

2017/2018 - Animation d’atelier de recherche dans le cadre d’un accompagnement à la réalisation des mémoires de M1 et M2

2017 – M1 Semestre 1 - TD Histoire contemporaine des inégalités et des discriminations*, 15h

2017 – M1, M2 - Participation aux jurys de soutenance

2016/2017 – Co-encadrement d’un mémoire de M1

2016 – M1 Semestre 1 - TD Histoire contemporaine des inégalités et des discriminations, 15h

2016 – M1, M2 - Participation aux jurys de soutenance

2015/2016 – Co-encadrement de mémoires de M1, M2

2015 - M1 Semestre 1 - TD Histoire contemporaine des inégalités et des discriminations, 20h

2015 - M1 Semestre 1 - TD Conduite de projet, 3h

*En 2017/2018, animation de plusieurs ateliers de sensibilisation et de discussion pour aider les étudiant.e.s du master Inégalités et Discriminations à mieux maitriser les enjeux de la formation.

Spécialités d’enseignement :

Sociologie du travail et des organisations, Sociologie des inégalités et des discriminations, Epistémologie, Philosophie morale et politique, Philosophie générale, Méthodologie, Mutation du travail, Sociologie du conflit, Studies

Engagement scientifique et institutionnel

  • Séminaires suivis dans le laboratoire

Séminaires de l’équipe TIPO

Séminaires doctoraux

Séminaires intersectionalité

Séminaires/rencontre Axe Genre (ISH)

  • Participation aux activités scientifiques du laboratoire

Journée transversale du Centre Max Weber

  • Participation à l’organisation d’événements au sein du laboratoire

Organisation d’un séminaire avec Jeffrey Weeks

Coordination de l’axe genre (pôle doctorant.e.s) au sein de l’ISH

  • Autres activités au sein d’un laboratoire/institution scientifique

Participation au sein du laboratoire junior TPG

Participation au séminaire doctoral de la Chaire Égalité, Inégalités, et Discriminations

2015-2017 - Représentant des doctorant.es élu au Conseil d’UMR

  • Formations transversales

2017, Les carrières de l’enseignement supérieur et de la recherche, 3 heures

2016, Créer son entreprise, 30 heures

2015, Appréhender la fonction de manager et ses enjeux relationnels, 20 heures

  • Formations disciplinaires

2017, Formation « parcours quanti »

2017, Formation « images animées dans les SHS »

  • Organisation de conférences

8 mars 2017, "Le transféminisme" avec Karine Espinera, Université Lumière Lyon 2, Chaire Égalité, Inégalités et Discriminations

13 octobre 2016, "Des émeutes de Stonewall à aujourd’hui : le mouvement LGBT est-il encore politique ?" avec Massimo Prearo, Université Lumière Lyon 2, Chaire Égalité, Inégalités et Discriminations

20 mai 2016, Homonationalisme... et racisme chez les LGBT ? avec Céline Belledent et Gianfranco Rebucini, Université Lumière Lyon 2, Chaire Égalité, Inégalités, et Discriminations

24 novembre 2015, "Les enjeux trans contemporains" avec Sophie Labelle, Université Lumière Lyon 2, Chaire Égalité, Inégalités, et Discriminations

Autres compétences

Ville de Lyon - Directeur d’accueil de loisirs associé à l’école / 15 mois, 2014

  • Coordination de la mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires sur le Groupe Scolaire Jean Racine ; Management de plus de 25 agents (management du changement, gestion de conflits, etc.) ; Gestion d’un accueil de 369 enfants de 3 à 11 ans ; Pilotage stratégique

Animafac - Formateur / 2 mois, 2013

  • Encadrement de modules de formations sur la gestion d’équipe et de projet ainsi que sur l’animation de réunions

Centre Social et Culturel des Barolles - Responsable de secteur / 35 mois, 2011

  • Coordination de projet ; Management du changement ; Accueil de 45 enfants de 3 à 11 ans

Association Rimbaud - Fondateur et président d’association / 38 mois, 2009

  • Gestion administrative et financière d’une structure ; Coordination d’un projet sociale organisés en quatre secteurs d’activité ; Management d’une équipe de 70 bénévoles

Centre Social de Saint-Rambert - Bénévole / 12 mois, 2006

  • Encadrement de l’accompagnement à la scolarité, d’actions parentales et d’activités

Base en anglais, russe et espagnol

Publications

Directions d'ouvrage

Chapitres d'ouvrage

Communications

Rapports

Vidéos

Autres documents

 Liste complète des publications sur HAL-SHS