Centre Max Weber - UMR 5283

Centre Max Weber - UMR 5283

Maël Dieudonné

Ingénieur d'études
Doctorants, post-doctorants - CNRS / Université Lyon 2
Équipe Dynamiques sociales et politiques de la vie privée
Localisation
Lyon - ISH
Bureau 333

Thèmes de recherche

Sociologie de la médecine et de la maladie

Sociologie des sciences et des techniques

Sociologie de la connaissance et de l’action

Thèse

« Une société pathogène ? Les hypersensibilités environnementales au prisme de la sociologie cognitive. » Sous la direction de Jean-Hugues Déchaux, 2011-2017.

Résumé : Depuis deux décennies se rencontrent de plus en plus nombreux des malades d’un genre particulier. Souffrant de symptômes somatiques variés et parfois très invalidants, ils en attribuent la responsabilité à des facteurs environnementaux singuliers : produits chimiques de synthèse pour les personnes multi-chimico-sensibles, champs électromagnétiques artificiels pour les personnes électro-hypersensibles. La définition, l’existence même de ces maladies sont controversées. Elles ne bénéficient d’aucune reconnaissance médico-légale et leurs victimes se diagnostiquent elles-mêmes. Or, cette opération n’a rien d’évident, alors que ses conséquences sont lourdes : elle implique une transformation radicale de leurs représentations d’elles-mêmes, de leur environnement et de la société, et s’accompagne d’une altération significative de leur existence quotidienne et de leurs comportements. Elle constitue donc un phénomène intéressant à expliquer pour une sociologie cognitive se préoccupant de la détermination des représentations mentales individuelles et de leurs liens avec l’action. C’est à quoi est consacrée cette thèse. L’analyse s’appuie sur un matériau majoritairement ethnographique. Elle est menée dans une perspective écologique et compréhensive, et se décompose en trois temps. Le premier est consacré à l’exploration des controverses et des disputes entourant les hypersensibilités environnementales, afin d’élucider la faiblesse de leur reconnaissance. Le second s’intéresse à l’expérience et aux trajectoires biographiques des personnes hypersensibles, dans leurs multiples dimensions. Le troisième propose d’expliquer l’apparition et le maintien de la conviction d’être hypersensible à l’aide d’un modèle utilitariste où les émotions interviennent de façon décisive. En conclusion, un rapprochement est esquissé avec d’autres épidémies contemporaines de symptômes médicalement inexpliqués.

Investissements dans la recherche

Co-organisateur du séminaire doctoral interdisciplinaire des Universités de Lyon sur la santé, 2014-2017

Co-organisateur du séminaire de formation « Le doctorat, côté pratique(s) » au sein de l’École doctorale 483, 2013-2014

Co-organisateur du séminaire doctoral du Centre Max Weber, 2012-2014

Publications

Articles

Thèses

Communications

Autres documents

 Liste complète des publications sur HAL-SHS

Logo CNRS Logo Lyon 2 Logo ENS Logo Jean Monnet
Intranet Plan du site Mentions légales